Conscription et déclin des affaires en période de guerre

« Travail opiniâtre vient à bout de tout »

La Première Guerre mondiale et la conscription, laquelle connaîtra son plein essor à la fin de l’année 1917, jettent une ombre sur la jeune colonie abitibienne tout en précarisant son économie.

La guerre marquera non seulement l’interruption des activités de prospection de Maurice Bénard, mais entraînera également le décès au front de son frère Fernand.

Devenu soutien de famille dès 1915, Maurice Bénard se verra exempté du service militaire grâce au travail du comité d’arbitrage constitué d’Hector Authier, de Théophile Trudelle et d’Arthur Drouin. Il participera néanmoins à l’effort de guerre en tant que représentant régional de la Commission fédérale du contrôle des prix. Quant aux autres jeunes hommes n’étant ni orphelins de père, ni fils de cultivateurs protégés par le comité, ceux-ci n’auront d’autres choix que de s’astreindre à l’enrôlement obligatoire ou de fuir dans les bois.

Images

Portrait de Fernand B�©nard en uniforme militaire.

Portrait de Fernand B©nard en uniforme militaire.

Fernand B©nard, frere a®n© de Maurice B©nard, avait ©t© rapatri© en France avec la d©claration de guerre, puis incorpor© au 54e R©giment d™Artillerie. Plus de détails sur ce document

Citer ce document :

Société d'histoire d'Amos, “Conscription et déclin des affaires en période de guerre,” « Maurice Bénard, rêveur opiniâtre » / Pré-Nord postcolonial; un paysage sonore, consulté le 19 novembre 2019, http://expo2017.societehistoireamos.com/items/show/10.

Partager via